Amanajé, le messager du futur





 
Identité visuelle réalisée pour la série brésilienne Amanajé, Mensageiro do futuro  écrite et réalisée par Flávia Neves et produite par Kam Filmes.
Elle est, pour l’instant, inédite en France.



(Clique sur l’image pour voir la version sonore )



Amanajé signifie le messager. La tradition orale des peuples indigènes et la disparition de leur culture au fil des siècles nous ont fait réalisé que l'audiovisuel était le moyen le plus approprié pour que leurs messages, leurs expressions, leur mémoire et leur lutte soient diffusées dans la société, ainsi que mis en valeur, notamment pour les générations futures. Si un tel projet était réalisé par les propres sujets indigènes, nous aurions alors un véritable messager. La série AMANAJÉ, MENSAGEIRO DO FUTURO porte en elle cette ambition.

Divisée en 13 émissions de 26 minutes, chaque épisode a lieu dans une communauté indigène et montre le processus de réalisation des films-messages réalisés par les propres habitants eux-même, destinés à leurs générations futures ainsi qu'aux personnes intéressées par construire un futur plus juste.

Le processus est le même dans chaque épisode : un débat au sein de la communauté sur le message qu'ils désirent transmettre, la réalisation du film-message puis sa présentation à tout le village.

Dans un univers de plus de 55 communautés indigènes habitant la région Centre-Ouest, ont été sélectionnés à Goiás, les Tapuia et sur l'île de Bananal, frontière entre Goiás, le Mato Grosso et le Tocantins, les Karajá, les Javaé e les Ava-Canoeiro. Dans l'état du Mato Grosso, cinq sont localisées dans le Xingu : les Kuikuro, les Ikpeng, les Kaiabi, les Kalapalo, les Kisedjê ainsi que les Xavantes, habitants de la Serra do Roncador. Et pour finir, dans le Mato Grosso du Sud, les Terena, les Guarani Kaiowá et les Guarani Nhandeva.


Voilà le teaser sous-titré de ce beau projet :


 
   








Merci de ne pas utiliser mes dessins sans mon autorisation / Obrigada por não usar meus desenhos sem minha autorização

© Johanna Thomé de Souza 2019